Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2010

Cabinets de psychologues chrétiens

Cabinet de psychologues chrétiens :

 

 

Cabinet de conseil conjugal et familial chrétien :

Cabinet Raphaël : http://www.cabinetraphael.fr/

Sexologues et conseillers conjugaux chrétiens

Cabinet Saint Paul (Paris) : 01 42 74 09 71

 

19/04/2010

Se rejouir du bonheur des autres

Un préalable au bonheur : recevoir avec joie l'annonce d'une grossesse, se réjouir de la naissance d'un enfant, regarder avec admiration un nouveau-né, rendre grâce pour la beauté qui nous entoure.

Non, ce n'est pas évident. Il paraît cependant que "ça" se cultive...

Quelques liens :

http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/basile/homelies/...

http://mag.livenet.fr/post/pour-etre-heureux-rejouissez-v...

http://www.e-sante.fr/developpement-personnel-pire-peches...

 

 

 

« J’hiberne en attendant que « ça » m’arrive »

Témoignage et humeur

 

Ce que je constate souvent autour de moi : "je ne programme plus de vacances", "j’évite de me fatiguer", "je fais attention à mon alimentation", je ….

 

Ah oui ? Comptez-vous sortir un jour de votre grotte ? Parce que la vie continue, figurez-vous. Si vous n’avez pas perdu votre famille, vos amis, votre travail ou votre bras droit, la vie est belle, profitez-en ! Voyagez, dansez, visitez ! Depuis quand s’arrête t-on de vivre dans un but dont on ne connaît pas vraiment le terme ?

 

Si vous refusez de prendre des vacances au mois de juin parce que bébé pourrait s’annoncer, il sera toujours temps d’y songer quinze jours avant.

 

Si on refuse toutes les propositions pour être « au taquet  le moment venu », lle risque est grand de finir complètement obsédés. Oui, il est nécessaire de tenir compte du rythme de chacun, de certaines échéances, voire de certains traitements. Mais non, il n’est pas utile de se priver de tout. Cet enfant arrivera sûrement quand chacun sera plus détendu et heureux.

Se faire confiance

Je m'interdis de...

 

Rentrer dans certains magasins

ou de m’approcher des rayonnages dédiés aux enfants.

 

Vêtements bonbons, layettes, vêtements pour enfants ou adolescents. Peluches et autres biberons : allez-y, achetez ce qui vous fait plaisir pour un enfant que vous aimez. Non mais oh !

 

L’idéal : un bon prétexte pour entrer : acheter des vêtements pour les enfants que l’on aime, par exemple. Voilà enfin une occasion de se « lâcher », de se laisser toucher et de faire plaisir. Tout le monde a sa place dans ces magasins. Et filleul, neveu, enfant d’amis : rien n’interdit de gâter un autre enfant, en attendant que le sien arrive !

 

Ecrire à des enfants

Pourtant, l’enfant transmet la confiance et la fraîcheur dont on a besoin dans l’épreuve. Acheter des cartes postales très naïves pour un enfant que l’on a dans le cœur rajeunit. Et qui sait, peut-être ne reçoit-il pas d’autres lettres ?

 

Garder des enfants

Après dix ans de bons et loyaux services comme baby-sitter, vous vous dites peut être que ce n’est plus votre truc, "que vous avez assez donné". Et si vous gardiez un enfant une demi-journée, le promeniez dans un parc, de l’emmener faire un tour de manège, un saut au cirque ou au zoo. Cela change un peu du boulot, métro, dodo, non ?

 

Envoyer mes voeux

Beaucoup de couples envoient des cartes de vœux assorties de photos de tous leurs enfants et nouvelles à la clé. « Moi, je n’ai rien à raconter », pensez-vous peut-être ? Ah oui ? Ne vous est-il rien arrivé cette année ? Vous seriez la seule personne au monde. Allez, pas de ça, cette année vous écrirez des mails et des lettres pour transmettre un peu de chaleur à vos amis. Une jolie carte, vous représentant ou représentant un clin d’œil pour cette nouvelle année.