Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/02/2012

Documentaire : reportage et débat - un bébé nommé désir

mère porteuse,fiv,stérilité,infertilité,pma,amp,don de sperme,don d'ovocyte,adoption homosexuelle,procréation médicalement assistée,désir d'enfant,bébé nommé désir,gestation pour autrui,désir de grossesse,espérance d'enfantDOCUMENTAIRE A TELECHARGER

http://www.vodgratuite.com/21-02-2012/france2/un-bebe-nomme-desir-1329852900#emission

http://www.vodgratuite.com/21-02-2012/france2/un-bebe-nom...

Diffusé sur France 2 le 21 février 2012 à 20h35.

Durée : 2 heures. Suivi d'un débat d'1/2 h heure sur les questions médicales et éthiques.

INTRODUCTION

Les toutes premières minutes du documentaire : 

Un point très actuel sur les méthodes de procréation assitées.

De très belles images et témoignages, un abord facile, mais des points de vue à la fois caricaturaux, simplistes et dénués de réflexion morale.

CRITIQUE DETAILLEE

Ce documentaire encourage en effet très ouvertement les méthodes de procréations naturellement assistées : d'une part, le parti pris journalistique y est ouvertement favorable, la discrétion sur les difficultés éprouvées des couples face à l'échec et sur la douleur de leur parcours avant un éventuel succès, concourent à laisser croire que tout est facile et ne relève que de la volonté. Ainsi les histoires racontées ici ne sont-elles presque que des "success stories"...

D'autre part, tous les professeurs militants pro-PMA y sont interrogés : le professeur Israël Nisand, le professeur Frydman (à l'origine de la naissance d'Amandine, premier bébé éprouvette).  S'il est légitime que ces médecins soient interviewés, puisqu'ils sont experts, il est regretable qu'ils soient trop souvent questionnés sur leur opinion personnelle, légitimement très progressiste, puisque favorable au développement de la science.

Cette enquête occulte donc par son simplisme presque toutes les questions éthiques naturellement liées aux questions de procréation médicalement assistée, c'est à dire le bien fondé ou non fondé pour le couple de faire appel à la médecine, ou le caractère fondamentalement bon ou mauvais pour eux d'accepter l'immiscion de la médecine dans leur vie privée, la congélation d'embryons à l'issue d'une FIV, les dons d'ovocytes et dons de sperme, les dons d'embryons, l'adoption par des couples homosexuels, la gestation pour autrui (mères porteuses). Toutes questions auxquelles les couples font irrémédiablement face et auxquelles ils sont amenés à résoudre seuls, dans l'intimité, avec leur conscience.

Pour les aspects moraux, ce documentaire n'insiste que sur les soins tarifés (aux Etats-Unis) et hautement réprouvés par la rédaction. Seules les questions les plus évidentes et troublantes font l'objet d'une enquête ((ex. avoir un enfant après 55 ans, mères porteuses...?). Le point de vue moral se résume donc à cela : tous sont choqués par les questions d'argent, mais les questions de fond sont laissées de côté. Les Etats-Unis sont ainsi diabolisés alors que la curiosité se tourne vers des méthodes très progressistes en vogue en Europe.

Sans doute aurait-il été plus juste s'il avait été à la fois plus mesuré et plus largement documenté, même si tout cela ne remet pas en question la naïveté et la bonne fois des animateurs.

Ce document a cependant le mérite d'expliquer très simplement (bien que trop édulcoré, souvent), les méthodes de procréation médicalement assistées actuelles. Les témoignages des couples sont également instructifs.

24/02/2012

Hygiène de vie - se donner le maximum de chances

une-sante-de-fer_thematicbanner.jpg

Quelques conseils de base, utiles même si on connaît ça par coeur depuis 10 ans !

http://sante-medecine.commentcamarche.net/contents/steril...

16/02/2012

Deux superbes histoires d'amour et d'adoption : vidéos

VIDEO

UNE FAMILLE AU COEUR DEBORDANT D'AMOUR, AU NORD DE LA FRANCE

Frédérique Bedos, journaliste de télévision d'origine haïtienne, présente cette vidéo très émouvante.

Elle a été adoptée à l'âge de trois ans dans une famille immensément généreuse. Ses parents ont accueilli un premier enfant âgé de 14 ans. Ensuite, ils ont eu ensemble le seule enfant biologique que comptera la famille, une petite fille prénommée Marie-Laurence. Frédérique est la troisième enfant adoptée. Et l'histoire ne fait que commencer...

La famille au grand coeur a toujours été à la rencontre de l'autre dans sa différence. Au point d'adopter des enfants dits "inadoptables" (en raison de critères stricts comme leur âge trop avancé, leur couleur de peau ou leur handicap).

Leur histoire extraordinaire est résumée ici :

 

En savoir plus sur Frédérique Bedos et sur son projet intitulé "Mon projet Imagine.com", destiné à mettre en lumière les héros anonymes de notre temps. Ses réalisations vidéos en ligne sur Internet : http://www.leprojetimagine.com/index.html

 

VIDEO

LA FAMILLE SUISSE QUI OUVRE SON COEUR AUX ENFANTS

Anne-Marie et Jean-Pierre habitaient en Suisse. Ils avaient à coeur d'accueillir dans leur foyer des enfants du monde entier, bien portants ou handicapés.

Ils en ont accueilli des dizaines, le temps de les soigner ou pour la vie.

La famille n'a jamais manqué de rien ; la providence a toujours pourvu.

Leur superbe histoire est racontée dans cette très belle vidéo du projet Imagine (fondé par Frédérique Bedos, journaliste de télévision, elle-même adoptée dans une famille extraordinaire : voir la vidéo précédente).

 

02/02/2012

Expressions entendues...

juge-1fc52.gif"Un enfant à tout prix". Voilà sans doute une des expressions les plus souvent utilisées quand on parle de couples confrontés à l'infertilité. Et voilà aussi une des formules que je déteste le plus.

Pourquoi ? Parce cette expression comporte à elle seule tout le mépris et toute la condescendance que l'on veut bien adresser à ces couples. "Sont-il ridicules de s'acharner", pense t-on dans le fond. "Comme ils ont tort de lutter contre la nature".

Cette expression montre bien à quel point on ignore l'état de souffrance profond qu'ils disent ressentir.

S'ils sont contraints de passer par des examens médicaux en rafale, comment leur en vouloir ! S'ils sont décidés à tenter tout ce qu'humainement il est possible de faire pour vivre plus normalement, cela semble bien respectable. S'ils ont, comme tout être humain, ce désir ancré au plus intime d'eux-même, comment oser le leur reprocher ?

Pourquoi ne tenteraient-ils pas de rencontrer psychologues et médecins ? Pourquoi ne se mettraient-ils pas en quête d'informations de toutes sortes. Pourquoi eux, n'auraient-ils pas le droit d'appeler à l'aide, de se battre et de se débattre ?

De quel droit juge t-on pour eux ? Comment se permet-on d'arbitrer sur ces questions hautement intimes, qui ne concernent que le couple lui-même ?

Ces personnes sont déjà suffisamment fragilisées, abîmées dans leur relation de couple elle-même, dans leur sexualité, dans leur psychologie, dans leur corps (traitements). Elles sont souvent également isolées (la douleur, la pudeur), ou écartées socialement (ni "famille", ni "célibataires").

Elles sont meurtries de toutes parts. Les affliger, encore, d'un "vous voulez un enfant à tout prix", c'est leur vouloir du mal. Ils le perçoivent comme une attaque supplémentaire "vous êtes coupable de tout vouloir tout de suite, comme un produit de cette société de consommation". "Vous êtes coupables de nier l'évidence. Vous êtes coupables de défier la médecine et l'éthique".

Leur dire ça à eux ?! Eux qui ont patienté des années, lutté contre la désespérance, tenté de résister malgré l'épreuve, se sont ruinés en médicaments, eux qui ont survécu aux déceptions familiales, aux crises conjugales et aux révélations médicales, eux qui ont tout enduré ?

S'ils s'acharnent, c'est parce qu'ils espèrent, eux, contre toute attente. Ils espèrent quand d'autres ont renoncé pour eux. Ils gardent en eux, profondément, un élan de vie qui ne demande qu'à se propager. Ils tentent de cultiver cette qualité rare, la joie. Afin d'en vivre et de la partager. Ils espèrent juste modestement et contre toute attente. Et surtout, contre toute tentative de les désespérer.

Qui leur jettera la première pierre ?

Re-naissance et espérance